Vous êtes ici : Œuvres Cycles de chansons (1937-1973)

Arcadia II - Poèmes




1 - TROIS FLEUVES

Trois fleuves, trois fois, sont passes dans mon coeur
Et ils ont dérobé ma jeunesse et ils ont pris ma joie,
L’un des fleuves étant trouble, et le second irrité.
Le troisième traînait avec lui des peines et une arme noircie
Moi aussi je suis allé boire de l'eau pour me désaltérer.
J'ai trouve trois fleuves, et trois fleuves à passer.
L'un m'a pris mon coeur et le second ma voix,
J'ai perdu ma vie.


2 - L'ORACLE

C'est par erreur que l'Oracle m'a été donné et je t'ai tendu la main
Et tous les tourments du monde ont poussé et sont devenus chagrin,
Et ont fleuri comme l'été. Sur ton uniforme noir, sur ton cheval noir,
Je t'ai brodé un oiseau noir et un lever de soleil rouge.
Dans ta larme à toi
Le malheur s'est empare de la nuit, et le rêve des couteaux.
Il était mensonger l'Oracle qui disait que reviendrait le fleuve
Avec dix colombes.


3 - LA MISE A PRIX

Dans les gorges sauvages du désert
ils m'attendirent en embuscade
et ils me dénoncèrent
comme si j'étais un meurtrier.
Ils sont sans pitié
et ils portent un couteau

Dans les rues, sur les marches
ils affichèrent mon nom
parmi des annonces de festivités.
Et dans mon sommeil, sept fois
mon coeur chavira

Je vous envoie de la racine de basilic
vous pourrez la respirer
mais ne parlez jamais
de mon terrible et doux secret.


4 - LE BAZAR DU MEURTRIER

Au bazar du receleur
j'ai vendu mes larmes
j’avais trouvé votre porte close
amour, amour, mon amour,
et j'ai vendu mon cœur

Au bazar du meurtrier
… pourtant je vous avais apporté
une colombe, un soir, à neuf heures…
Au bazar du meurtrier
j'ai vendu mes yeux
pour acheter un couteau

Au bazar de l'aurore
j'ai vendu ma voix
en même temps ils ont pris tout mon sang
amour, amour, mon amour
pierre de mon attente...

Au bazar du monde entier
alors qu'ils jouaient avec ma joie,
mon amour, j'ai acheté pour vous
des chaînes, des chaînes,
et des clous pour vos blessures.


5 - LES HOMMES EN NOIR

L'un, la loi l'a pris et il est devenu nuage et fumée,
L'autre, la route l'a pris et il est devenu l'amertume de chacun
Ils sont venus les hommes en noir, qui avaient du sombre dans leurs
cheveux.
Et ce qui ont de la pluie aux mains,

Et l'éclair dans leur regard.
Et nos rêves furent pris par les Lois et nos chansons par la fumée
Et notre vie fut prise par les routes et l'amour de chacun.
Ils cherchent dans les arbres et dans la terre
Et puis ils cherchent dans mon coeur,
Mais ils trouvent toujours ma plaie
Dans mes yeux et dans mes larmes.


6 - LE VENT ET LA NUIT (ISOLEMENT)

Le vent a fait naître la nuit et le large
Et il y eut la mer et la mer connut sa profondeur
Et la nuit a fait naître les arbres et la verdure
Et il y eut le ciel, et les oiseaux de ciel et la pleine lune
Et il y eut la lumière, et la lumière connut sa lueur
Deux jours
Le vent a fait naître l'amertume et la musique
Et il y eut la larme et la larme a fait naître nos yeux
Et l'amertume a fait naître les saisons et les oiseaux
Et les montagnes se sont remplies d'animaux sauvages, de reptiles et de couleuvres.
Et il y eut la route, et les routes connurent leur destin
Deux jours
Le vent a fait naître la pierre et le fer
Et l’homme fut créé et l’homme connut sa force
Et le rocher a fait naître boue et labeur
Et devint couteau et clous et fer
Et devint femme et la femme réalisa sa solitude
Et la solitude a fait naître ma douleur et ma tristesse
Quinze jours, des générations.


7 - LA DERNIERE PAROLE

Le givre creuse des trous dans mes yeux
Il doit être quatre heures du matin
Les tueurs clouent l'aurore
Personne ne parle des larmes
La dernière parole sera
ce bruit d'oiseau mort tombant sur le sol
Nos voix grondent comme un train lointain
c'est l'heure où des blessés se réveillent
sans yeux
mais les fusils sont encore plus aveugles

Vous devez savoir, il le faut,
que je pleure
sur une terre frappée de malheur.


8 - J'AI PRIS LES ROUTES DU BANDIT

J'ai pris les routes du bandit.
J'ai vu des portes se fermer;
pour commencer une autre vie
j'ai traversé la rivière.

Le temps ne compta plus
Des larmes amères
se collaient à mes yeux
Je n'ai pas trouvé de maison
ni de nourriture.
J'ai rencontré Dieu
un Dieu mort
mis en croix

J'ai suivi les routes où ils passent
ceux qui souffrent seuls
ceux qui chantent seuls
et j'ai fini par oublier le chemin du retour
je n'ai pas retrouvé la rivière

… Je me prépare à livrer bataille.

9 - CEUX QUI VIENDRONT

Ceux qui viendront un soir
trouveront mes larmes
ils trouveront mes blessures
ils trouveront les cendres de ma joie

Et s'ils me privent de ma voix
mon chagrin parlera
Et s'ils me privent de mon chagrin
ils verront mes rêves
Et s'ils me prennent mes plus belles années
je garderai mon sang
Et si mon sang se transforme en eau
les oiseaux viendront le boire

3, 4, 7, 8 et 9: adaptation française: Mario Bois